Please reload

Recent Posts

plast 'art?, pas noble mais pure!

May 1, 2013

1/2
Please reload

Featured Posts

LA MASCOTTE, NI DESSIN, NI LETTRE.....

July 23, 2017

 

« Au commencement était la parole », « Lis » : sont les premiers mots, respectivement, du Nouveau Testament (Evangile, Saint Jean) et du Coran.

 

 

Du dessin à la lettre

Au début était le dessin : hiéroglyphes égyptiens, pictogrammes sumériens, signes berbères communs aux peuples touaregs (langues tamazigh et tifinar), idéogrammes chinois...

 

Si le dessin est l’ancêtre de la lettre, les mots que nous écrivons aujourd’hui dans une grande moitié du monde prennent leur source dans la pré-écriture mésopotamienne, environ 3000 ans avant Jésus-Christ.

Entre les fleuves Tigre et Euphrate (Iran, Irak, Syrie, plateau de l’Indus), ce serait surtout pour les nécessités de la comptabilité qu’elle fut inventée.

 

L’écriture cunéiforme : notre ancêtre

Ainsi, en akkadien, en sumérien, en élamite, on commença par dessiner des symboles dans des tablettes d’argile : par exemple, deux hommes et trois vaches signifiaient un contrat de vente.

Puis, ces représentations graphiques se transformèrent en petits traits - somme toutes très modernes - d’où son nom d’écriture « cunéiforme » (en coins).

Hammurabi, souverain de Babylone, s’en servit pour graver son fameux code de lois et de jurisprudence – que l’on considère comme l’un des premiers de notre ère moderne – vers 1750 av. J-C.

 

Dans cette même région où Perses, Héllènes et Parthes se mêlaient quelques siècles plus tard, on a retrouvé dans la pierre des inscriptions à la fois en langues araméenne et grecque, vestiges du passage entre dessin et écriture, symbole et lettre.

 

Symbolique des lettres

Le point de jonction entre ces mutations graphiques se joue dans la symbolique d’un signe.

Issu du phénicien et de l’araméen, l’alphabet hébreu en est un exemple idéal.

À titre d’exemple, Aleph signifie à la fois la première lettre de l’aphabet et le taureau.

 

Ces alphabets anciens ne notant pas les voyelles (secondaires par rapport aux consonnes qui font le son), une lettre peut couvrir pas moins de trois idées...

 

En hébreu, le mot « goût » désigne une sensation occasionnée en mangeant, mais aussi le concept de « raison », ainsi que celui d’ « accent », ce que les talmudistes (les sages gloseurs) expliquent par une symbolique commune : « Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es ».

En effet, la saveur est ce qui entre dans le corps, produit ce qui en sort (la parole, la raison) et singularise autant qu’elle unifie des hommes, par un accent commun (ce qui reste, qu’on ne perd pas).

 

Symbolique des formes

Lorsque j’élabore des formes que je découpe dans le plastazote, j’utilise certes plus le dessin que l’écriture, la mathématique que les lettres.

Dans notre monde très axé sur le visuel, la mascotte fait peut-être partie des écritures modernes. Fille du logo (« discours parlé ou écrit », en grec), sans mots ni lettres, sa raison d’être reste de signifier un message, par le symbole.

 

À combien d’idées fait-elle référence, et combien de temps l’information reste-elle inscrite dans nos inconscients ? Ça, c’est une autre histoire...

 

 

 

 

 

Sumerien (- 2000 av.J-C).

 

 

 

 

 

 

Alphabet phénicien (-1000 av.J-C.), ancêtre du grec et de l’araméen, - 400 av.J-C. – langue de la Bible (ancêtre de l’alphabet hébreu, arabe et d’écritures indiennes) :

 

 

bœuf (’aleph)

 

maison (beth)

 

Alphabet = aleph + beth (alpha, bêta)

 

 

 

mascottes , volumes cunéiforme ( environ 2014 ap. JC)

 

 

 

 

 

Please reload

Follow Us
Please reload

Search By Tags
Please reload

Archive
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square